Le Weekend maudit

L’idée première de Didier pour ce weekend était qu’on aille à Kaiping, c’est un petit village touristique rempli de Dialous et autres bâtisses d’époque. Les Dialous sont des petites tours de guet qui sont à l’heure actuelle en plein milieu de champs ou d’exploitations.  Le problème c’est que c’était à 3h40 de bus de la maison. Etant un peu fatigués de notre weekend prolongé à Shanghai, faire autant de trajet pour voir « seulement » des tours me semblait un peu périlleux. J’ai donc regardé dans mon petit guide touristique de la Chine du Sud pour voir ce qu’il y aurait de sympa à faire un peu plus près de la maison.

Shenzhen paraissait parfait… C’était à « seulement » 2h de bateau et il y avait plein de choses à voir. Après en avoir parlé avec le peuple, tout le monde était très enthousiaste à l’idée d’aller à Shenzhen et non à Kaiping. Je cherche donc un hôtel dans Shenzhen et je trouve un super lieu insolite où dormir : dans un « capsule hotel », c’est vrai que cela impliquait qu’on ne dorme pas avec nos amoureux respectifs mais bon… pour une nuit il fallait tenter, ça avait l’air quand même d’être super marrant.

Hôtel réservé, parcours touristique préparé, billets de bateaux achetés, nous voilà parés pour un beau weekend en perspective. Bon, on avait un peu oublié dans nos calculs qu’il fallait 1h de bus avant d’arriver au port où on aurait deux heures de bateau pour arriver à Shenzhen donc finalement c’était à peu près aussi long que d’aller à Kaiping… 🤨 C’est pas grave, ça a l’air plus grand et il semble y avoir quand même plus de choses à faire. 🙃

Nous voilà donc partis le samedi de bon matin, un petit tour de vélo jusqu’à l’arrêt de bus pour commencer, puis une heure de bus et nous embarquons sur le bateau direction Shenzhen. Le weekend commence avec une très bonne surprise, puisque finalement 1h de bateau a suffit à arriver à bon port (j’ai dû mal comprendre un truc, pas grave, dans ce sens c’est quand même mieux que l’inverse ! 😛) La première chose de prévue dans notre course aux merveilles asiatiques était un bateau de croisière français amarré au port de Shekou (port où nous avons accosté) et qui « se visite au hasard des bonnes volontés des gardiens » d’après notre guide. Bon ok pas très asiatique, mais on y est, donc autant aller voir ! Nous voilà donc partis à la recherche de l’ancien port, après une vingtaine de minutes de marche, entourés d’énormes palissades cachant des travaux, nous nous rendons compte que c’est le port lui-même qui est en travaux et donc inaccessible ! Mince, premier échec !!! Je reste calme et dis à la troupe de ne surtout pas s’inquiéter, il y a un temple au bout de la presqu’île de Chiwan, c’est à seulement une station de métro d’ici, alors allons-y !!!

J’espérais le temple proche de la sortie du métro, mais je me rends rapidement compte qu’il n’est pas juste devant nos yeux. Dommage, le sens de l’orientation et moi ça fait deux. C’est pas grave, allons demander notre chemin aux Chinois locaux. J’utilise donc mon jocker Julie pour demander notre chemin. Après une longue discussion incompréhensible pour la plupart d’entre nous, voire même par notre interlocuteur Chinois, nous nous rendons compte que le guide n’a pas du tout bien traduit le nom du temple. Il était donc introuvable. C’est pas grave on reste zen, on va bien finir par le trouver. Ah ça y est ! Notre sauveur Chinois a compris de quel temple il s’agissait et nous indique le chemin à suivre, c’est à 500m d’ici, parfait !

Nous voilà donc dans le petit temple de Tianfeihou d’après le guide, mais finalement le temple de Tianhougong (en Chine, une seule syllabe de différence et c’est un abîme de sens), où Didier sentant que le weekend s’annonçait une perte de temps se décida quand même à faire quelque chose d’utile durant ces deux jours, il s’est donc converti au Bouddhisme.

Didier Moine

Suite à ce petit tour, nos ventres grognent, il est grand temps d’aller manger. On repart donc en direction du métro afin de rejoindre notre hôtel et y déposer nos affaires. C’est en plein centre de Shenzhen, on trouvera forcement quelque chose à manger là-bas. Julie regarde donc quel métro prendre et nous annonce que nous en avons pour 1h de transport… QUOI ? 😱 Pas grave de toute façon on sera au centre-ville où ça grouillera de choses à faire et on sera près de tout une fois là-bas.

Nous voilà enfin arrivés à l’hôtel où nous ne somme pas très bien accueillis, le personnel est désagréable et ils nous font poireauter pendant 20 min avant de nous donner les clés des « chambres ». Pas grave !!!! Profitons en pour regarder comment aller à notre prochaine destination… le réservoir de Shiyan où se trouvent les sources thermales de Yulu et au bord desquelles on peut randonner à cheval ou faire des excursions (toujours d’après le guide) après de longues recherches nous nous rendons comte que les sources thermales, les balades à cheval et les excursions ne sont finalement pas du tout au même endroit et c’est à… 2h de bus !!! 😱😱 Décidément je n’arrive pas à me faire aux distances chinoises !!! Ayant grandi à Beire-le-Châtel, fait mes études a Dijon et habité à Rennes, il m’est difficile d’imaginer qu’une ville soit aussi grande ! Reston Calme !! Demain on a toute la journée étant donné que notre bateau est à 18h, on ira donc aux sources chaudes, tant pis pour le temps de trajet il va falloir s’y faire. Cette après-midi, faisons le tour du centre-ville et allons voir le « Montmartre » local, situé proche de Dafen.

Une fois le repas terminé nous nous rendons vite compte que le centre-ville ne nous offrirait aucune gourmandise occulaire. Mais il y a d’immenses centres commerciaux d’électronique, allons voir… nous voilà donc perdus dans un vrai labyrinthe plus que miteux de centaines de minuscules boutiques pas plus grandes qu’un cagibi vendant toutes exactement la même chose étage par étage. Didier baisse les bras et décide de retourner à l’auberge travailler. Le Chlorudium semi-Judiesque, lui, s’acharne et est bien décidé à aller découvrir le village Hakka de Dafen, un des lieux les plus surprenants de la mégalopole toujours d’après ce maudit guide ! 

Après 30 bonnes minutes de métro nous voilà arrivés, nous partons à la recherche de ce lieux où une multitude d’artistes exercent leurs talents et où l’on pourrait soit-disant passer des heures à déambuler dans les charmantes ruelles tout en observant l’art de la reproduction à la chinoise. C’est encore un échec : nous n’avons jamais trouvé ce lieu soit-disant si merveilleux.

Après une petite bière fort chère pour se calmer les nerfs, nous rentrons à l’auberge, nous sommes tous exténués de fatigue suite à cette journée remplie d’échecs, nous partons donc tous nous coucher dans nos capsules respectives en rêvant de la journée magique qui nous attend demain.

Le lendemain matin nous nous levons tôt afin de profiter le plus longtemps possible de notre belle journée. Nous sommes tous de très mauvaise humeur car nous avons chacun passé une nuit des plus déplorables. Didier à passé la nuit à se gratter, Julie a eu droit aux dialogues incessants du film de la Chinoise de la capsule voisine, et Rudy a dû supporter les machouilles incessantes d’un voisin Chinois visiblement affamé à 2h du matin.

C’est pas grave!!! Allez hop hop hop on va tous prendre notre KFC petit déj’ et nous voilà à l’arrêt de bus. Le bus part seulement dans 20 min ce qui nous laisse le temps de respirer un bol d’air frais en discutant de choses et d’autres. Cela laisse aussi au chauffeur le temps de nettoyer son bus avant le départ et notamment de vider la poubelle pleine de crachat chinois ce qui bien évidement me provoque instantanément des hauts-le-coeur prononcés, accompagnés d’un fou rire de Rudy, Didier et Julie.

Nous partons enfin, le bus est à étages et nous sommes en haut et tout devant, c’est génial on va pouvoir profiter du paysage de Shenzhen et de la conduite pour le moins agressive des chauffeurs de bus Chinois durant ce long voyage. Après quelques fous rires dus à cette conduite presque mortelle à chaque coin de rue et une énième déception au vu du paysage shenzhennais nous vaquons tous à nos occupations, Didier se remet à travailler, Julie et moi écrivons un article de Blog et Rudy filme ce « beau » paysage en nous aidant à rédiger.

L’image est pas droite, pas grave !

Notre arrêt pointe enfin le bout de son nez, direction les sources chaudes… Après 20 minutes de marche dans un quartier sans aucun intérêt nous voilà enfin arrivés devant l’entrée. Le gardien vient à notre rencontre se demandant bien ce que 4 Américains viennent faire ici. Julie lui explique donc que nous venons nous baigner dans les sources chaudes. Sans comprendre la réponse, la tête de Julie nous fait tout de même penser à un énième échec… en effet les sources chaudes sont fermées au public depuis 6 mois, ils s’en servent désormais pour produire de l’eau minérale.

Nous repartons donc tout penauds en se demandant bien ce qu’on allait faire. Rien de mieux qu’un bon repas pour nous remonter le moral. Nous nous retrouvons dans un bouiboui chinois à manger des nouilles succulentes si on fait abstraction de l’hygiène, tout en étant observés par la foule locale comme si nous étions des ovnis. Julie, ayant envie d’aller aux toilettes, demande au patron où elles sont. Bien sûr, il n’y a rien de tel dans ce petit resto qui n’est absolument pas fait pour des touristes ! Elle se retrouve donc à le suivre, elle ne sait pas trop où mais visiblement vers des toilettes. Elle finit par aller aux toilettes chez lui, dans un minuscule appartement, aux couleurs de ce restaurant !

Au vu de ce weekend plus que raté nous décidons de retourner au port attendre le bateau sans rien tenter d’autre. Et nous voilà repartis pour une heure de bus, une heure de métro, une heure de bateau, plus encore une heure de bus, et pour finir 15 minutes de vélo.

Finalement nous avons passé plus de 10h dans les transports lors de ce weekend pour ne rien voir du tout. Les 6h30 de bus pour Kaiping auraient finalement été plus pertinentes.

Ce weekend nous aura tout de même permis de se faire à l’immensité chinoise. Malgré ces multiples déceptions, les ressources de bonnes humeurs du Chlorudium Judiesque se sont encore une fois manifestées, et nous avons bien rigolé de nos déboires.

Demain nous partons pour Macao, on m’a encore confié l’organisation de ce voyage… décidément le Judier semi-Chlorudium n’apprend pas de ses erreurs !

Une réponse à “Le Weekend maudit”

  1. Excellent !
    C’est mal barré pour que tu sois embauchée par une quelconque agence de voyage !

    Tu m’avais tout raconté mais je me suis bien marrée à le lire.

    Bises à tous.

    Môman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*