La rivière Yulong en radeau

Nous sommes arrivés hier soir à Yangshuo et sommes bien installés dans notre auberge. Bien que moins sympathique que la précédente, ce qui était prévisible, elle reste quand même très agréable. Les gérants arborent les cheveux longs et se la coulent douce dans le salon avec leurs trois chiens. Julie n’était pas tétanisée : les chiens chinois ne s’intéressent que très peu aux humains — guère plus au reste d’ailleurs — et ne leur sautent notamment pas au cou en aboyant dès qu’ils arrivent !

Le programme de ce samedi n’est pas très chargé : petite mise en jambe à pied pour se rendre au Pic de la Lune, l’un des emblèmes de la ville ; puis remontée de la rivière Yulong en radeau de bambou jusqu’au pont du Dragon. Ce programme nous est recommandé par le guide donc nous nous attendons à ce que tout se passe sans surprise !

Nous partons à 8h prendre le petit déjeuner. Nos cafés, raviolis et nouilles nous sont enfin servis vers 9h, après bien des déboires de communication avec la serveuse. Nous longeons une interminable route rectiligne où les scooters nous doublent à allure chinoise, autrement dit pas très vite. En chemin, nous croisons la Grotte du Papillon. Étant persuadés de pouvoir traverser le parc autour de cette grotte, nous prenons des tickets et traversons avec joie une grotte (fausse) et un pont suspendu avant de descendre de ce pic karstique attrape-touristes en toboggan, tout ça sans jamais avoir pu sortir de l’autre côté du parc…

Nous reprenons donc la route le long de l’avenue aux scooters. Vers midi, nous arrivons enfin au pont derrière lequel, à un kilomètre supplémentaire de marche, nous trouverons le Pic de la Lune. Nous mangeons du poisson à la bière — la spécialité locale — avec vue sur la rivière. Après le repas, voyant les bateliers ranger les radeaux, on s’inquiète et se dit qu’on pourra tout à fait grimper le Pic de la Lune après la balade en radeau. Nous allons donc acheter nos billets. La dame de la caisse nous explique qu’il est impossible de remonter la rivière. On ne peut que descendre. On lui parle du pont du Dragon. Il est à 1h de vélo d’ici, mais si on en loue on ne pourra pas les rendre puisqu’on devra les laisser au pont du Dragon pour prendre le radeau… Elle nous recommande alors de retourner à l’entrée du complexe en minibus pour y trouver un autre moyen de transport pour se rendre au pont du Dragon si c’est effectivement de là que nous souhaitons partir. Et c’est reparti ! On repasse devant cette magnifique grotte du Papillon de plastique, trouve un Chinois qui veut bien nous amener jusqu’au pont pour une certaine somme… Arrivés là-bas, nous nous étonnons de voir en effet des radeaux remonter la rivière.

On trouve une Chinoise à qui nous expliquons que nous voulons redescendre jusqu’au pont où nous avons déjeuné. Nous ne descendrons finalement la rivière que pendant une grosse heure jusqu’à la station de radeaux suivante.

Les radeaux qui remontent la rivière utilisent en fait une petite machine pour remonter la mini cascade qui est sur sa route. Aucune autre mini cascade n’en est équipée : la proposition du guide de remonter la rivière était donc totalement loufoque. La nuit tombant, nous rentrons à l’auberge, nous réservant le Pic de la Lune pour lundi matin.

Nous sortons ensuite manger puis boire des verres, d’abord au Mojo, un bar rooftop, cher et vide. Puis, nous allons finir la soirée au Reggae Bar qui porte bien son nom et où les chats s’installent sur les genoux de Didier pour dormir. Julien est jaloux.

2 réflexions sur “La rivière Yulong en radeau”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*